27 avril 2012

Ventilation double flux : l’association Promotelec met en avant la performance de cette solution dans le cadre de la RT 2012

Actualités Développement durable Solutions techniques
Ventilation double flux : l’association Promotelec met en avant la performance de cette solution dans le cadre de la RT 2012

La ventilation double flux est devenue l’un des éléments clé concernant le respect des réglementations thermiques actuelles et à venir, à commencer par la RT 2012. En effet, elle permet un renouvellement de l’air performant. La dernière génération de ventilation double flux, la version hygroréglable, en fait également un équipement de premier plan concernant la consommation énergétique. L’association Promotelec a récemment publié un dossier technique sur le sujet.


Cet article est rédigé avec le concours de l’association Promotelec

La ventilation, pièce maîtresse du nouvel habitat

Les performances énergétiques des bâtiments sont aujourd’hui devenues essentielles, suivant l’évolution progressive des réglementations thermiques, notamment de la RT 2012. Ces constructions se veulent alors écologiques et économiques. Cette donnée a conduit à une évolution rapide des matériaux proposés et, pour les maisons BBC, la mise en œuvre d’un bâtiment étanche.

Reste cependant à veiller à un bon renouvellement de l’air. En effet, dans les nouvelles constructions, celui-ci ne passe plus que par un seul et unique équipement : la VMC. Cette dernière participe tout à la fois à l’amélioration de la qualité de l’air, mais également à la réduction de la facture énergétique.

L’association Promotelec s’est récemment intéressée à cet équipement qui a, de ce fait, lui aussi connu de nombreuses évolutions avec l’installation des ventilations à double flux.

Ventilation double flux : un système en évolution

Les performances de la ventilation double flux

La VMC simple flux hygro B, représentant jusque-là l’équipement standard dans les habitations, est aujourd’hui remplacée par les dernières technologies de la ventilation à double flux. Devenant le seul point d’entrée cette dernière a pour principe de maintenir la qualité de l’air dans le logement, confronté naturellement à différents polluants. Pour cela, ces VMC filtrent les particules présentes dans l’air extérieur avant d’entrer à l’intérieur du logis, que ce soit les pollens, les poussières d’échappement, etc.

Les appareils les plus performants prennent aujourd’hui en compte l’hygrométrie, autre témoin, avec la teneur en CO2, de l’activité dans le logement. Ainsi, la VMC utilise les variations d’humidité dans l’habitat, détectées par des capteurs situés dans les bouches d’extraction, pour réguler le flux de renouvellement de l’air.

Cette régulation automatique a notamment pour effet une baisse de la consommation énergétique lors des périodes de chauffe. Celle-ci est estimée à 35 % par rapport à une VMC simple flux autoréglable.


Thèmes : Développement durable | Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.