19 juin 2012

Un réseau de chaleur collectif valorisant des énergies renouvelables locales

Actualités Aménagements urbains Développement durable
Un réseau de chaleur collectif valorisant des énergies renouvelables locales

L’aménagement de l’éco-quartier des Bords-de-Seine, à Issy-les-Moulineaux, comprend un réseau de chauffage valorisant les énergies locales renouvelables et de récupération. Une initiative qui lui a valu de recevoir le trophée « Mercure » 2012.


Maîtriser les consommations d’énergie primaire

La maîtrise des consommations énergétiques concerne aujourd’hui toutes les constructions, que ce soit les maisons individuelles ou les logements collectifs. L’exemple de l’éco-quartier des Bords de Seine, à Issy-les-Moulineaux, est notamment là pour le démontrer une nouvelle fois.

La SEM 92, aménageur du projet, a en effet élaboré, pour cette construction, une charte d’objectifs de développement durable définissant huit orientations majeures, dont la maîtrise draconienne des consommations d’énergie primaire. Tous les bâtiments, répartis sur 3,5 hectares, vont ainsi être à basse consommation énergétique, grâce à la combinaison d’une conception bioclimatique, d’une isolation renforcée, d’équipements à haut rendement, du solaire thermique, et de leur raccordement à un réseau de chaleur.

Cette orientation a d’ailleurs amené la SEM 92 à se voir délivrer le trophée « Mercure », récompensant un organisme, une institution, une entreprise publique ou privée qui favorise les avancées technologiques et les actions environnementales, notamment en faisant le choix d’un chauffage urbain.

Réduire les émissions de CO2

La conception d’un éco-quartier doit intégrer, dès l’amont, une véritable stratégie énergétique afin de limiter les émissions de CO2. De ce fait, la construction est souvent raccordée à un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables. Il s’agit souvent de la biomasse ou de la récupération de chaleur (incinération d’ordures ménagères).

Le chauffage urbain présente plusieurs atouts, tous essentiels :

  • La protection de l’environnement ;
  • Un haut rendement ;
  • La maîtrise des coûts ;
  • Une haute sécurité (installation soumise à des règles très strictes) ;
  • La centralisation de l’entretien ;
  • Un gain de place dans les sous-sols des bâtiments.

Dans l’éco-quartier des Bords de Seine, la canalisation principale du réseau de chaleur s’étend sur 300 mètres et ses ramifications alimentent les sous-stations. Il y en a une par bâtiment, permettant de chauffer 74 900 m² SHON comprenant des bureaux, des logements, des commerces, un groupe scolaire et une crèche.

Par ailleurs, cette construction prévoir une production d’eau chaude sanitaire couverte à plus de 40 % par du solaire thermique.

La valorisation des réseaux de chaleur par la RT 2012

La RT 2012 introduit un mécanisme de valorisation des réseaux de chaleur émettant peu de CO2. Dès lors qu’un projet de bâtiments neufs est raccordé à un réseau de chaleur vertueux, il bénéficie d’une majoration de sa limite de consommation énergétique maximale. Cette modulation du Cepmax est de 30 % pour les réseaux dont le contenu CO2 est ≤ à 50g/kWh, 20 % pour ceux entre 50 et 100 g/kWh, 10 % pour ceux entre 100 g/kWh et 150 g/kWh.

Si cette modulation autorise la conception de bâtiments consommant un peu plus d’énergie, elle le permet à une condition : l’énergie utilisée doit avoir un impact réduit sur les émissions de gaz à effet de serre. De même, un crédit d’impôt de 15 % est accordé aux particuliers et copropriétaires pour les éléments de raccordement à un réseau de chaleur (sous-station, branchements privatifs) si celui-ci est alimenté à plus de 50 % par des énergies renouvelables.

Pascale Maes


Thèmes : Aménagements urbains | Développement durable

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin


Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.