7 mai 2012

Tuiles solaires photovoltaïques : le bon accord architectural ?

Actualités Développement durable Solutions techniques
Tuiles solaires photovoltaïques : le bon accord architectural ?

Solaire thermique ou photovoltaïque, les deux technologies sont distinctes tout en utilisant une énergie commune : le soleil. Ce n’est pas nouveau, celui-ci représente une source d’énergie que l’on ne sait pas encore stocker. Ingénieurs et chercheurs y travaillent et les innovations se développent.


Le soleil, source d’énergie inépuisable

L’énergie solaire est loin d’être la découverte du XXIe siècle. Dans les années 1970, lors du premier choc pétrolier, les programmes de recherche se sont multipliés. Les premières aides gouvernementales pointaient alors leur nez. Avec le développement du nucléaire et la baisse des tarifs des énergies fossiles, cette dynamique a cependant rapidement connu un coup d’arrêt en France.

Il faut attendre la  fin des années 1990 pour assister à un véritable engouement pour l’énergie solaire, notamment en raison de son raccordement au réseau de production d’électricité. Parallèlement, l’énergie solaire thermique se voit soutenue en 1999 par le « Plan Soleil » mené par l’État et l’ADEME.

S’en suivent de nouvelles orientations de la politique énergétique avec le Plan pluriannuel d’investissement (PPI) fixant les orientations de la politique énergétique.

Les objectifs de la politique énergétique

Une forte mobilisation s’engage et fixe 4 objectifs :

  • Contribuer à l’indépendance énergétique nationale et garantir la sécurité d’approvisionnement ;
  • Assurer un prix compétitif de l’énergie ;
  • Préserver la santé et l’environnement en luttant contre l’aggravation des émissions de gaz à effet de serre ;
  • Garantir la cohésion sociale et territoriale en assurant l’accès de tous à l’énergie.

Il en découle des textes d’application aux objectifs multiples. Le premier d’entre eux est d’aboutir à satisfaire 23% des besoins énergétiques français via les énergies renouvelables d’ici 2020. Ces textes prévoient également de passer de 14 à 21 % d’électricité provenant des énergies renouvelables et d’atteindre une hausse de 50 % quant à la production de chaleur par ce biais, conformément aux préconisations du Grenelle de l’environnement conclu en 2009. Pour le photovoltaïque, cela représente 1100 Mwc en 2012 et 5400 Mwc en 2020. Pour y parvenir, la France mise alors sur l’installation de panneaux et tuiles photovoltaïques dans le bâtiment, en vue de baisser les coûts.

Des tuiles solaires pour s’harmoniser à l’architecture

Sortir du nucléaire est un vœu pieux caressé par certains politiques pour être moins dépendants des énergies fossiles qui ne cessent de s’amoindrir, provoquant inéluctablement une augmentation des coûts. Fini le temps d’être accusé, voire condamné pour défigurer toitures et façades avec des panneaux solaires noirs photovoltaïques, ou d’être confronté aux contraintes urbanistiques des territoires, surtout lorsque les POS exigent les tuiles en toiture. Il existe désormais des tuiles de terres cuites solaires dont les performances sont identiques aux panneaux.

Considérée comme un concept unique et innovant, la tuile photovoltaïque se veut avant tout un produit de couverture qui présente des avantages en matière d’étanchéité, même à faible pente (20%). Composée d’un laminé photovoltaïque, elle est fixée sur un châssis robuste et anti corrosion conçu de telle façon qu’une lame d’air circule en permanence et individuellement sous les cellules, en assurant une ventilation optimale pour éviter la surchauffe et optimiser le rendement. Ce choix de couverture énergétique ne nécessite aucun complément de zinguerie.

Si l’utilisation du solaire thermique est désormais devenue fréquente avec une mise en œuvre relativement simple, l’implantation du photovoltaïque requiert un savoir-faire plus complexe. Reste un élément encore sans réelle solution : on ne sait toujours pas comment stocker cette ressource gratuite et durable.

Johana Trossat


Thèmes : Développement durable | Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.