14 septembre 2012

Structures métalliques : une solidité entamée par les risques de corrosion

Actualités Pathologie des bâtiments
Structures métalliques : une solidité entamée par les risques de corrosion

Les constructions métalliques, quelles qu’elles soient, représentent des risques de dommages importants en cas de non-entretien ou de mauvaise pose. C’est le cas des structures sur poteaux métalliques. Leur principal ennemi est alors la corrosion, souvent rencontrée en raison d’un défaut de conception et/ou de pose.


La fragilisation des poteaux métalliques

Sur des installations légères, il n’est pas rare de voir une dégradation importante des poteaux métalliques soutenant la structure. La première conséquence est un risque d’effondrement plus ou moins important. En cause : la corrosion apparente en pied de poteau. Elle peut également s’accompagner d’une dégradation du sol.

Si la cause de ces sinistres est la présence d’eau ou d’écoulement d’eau, l’origine est à rechercher davantage dans la conception même de chaque structure métallique et de ses éléments environnants. C’est le cas lors de la présence d’un joint de structure au sol jouxtant l’installation des piliers. Celui-ci se transforme bien souvent en espace de drainage des eaux avec le risque de débordement et d’attaque sur des poteaux insuffisamment protégés contre la corrosion.

Des dégâts au-delà des seuls poteaux métalliques

Ces sinistres touchent également les sols avec l’apparition fréquente, autour de l’emprise des poteaux, de fissures importantes ou la formation de bourrelets.

La conception même de l’ensemble est en cause. En effet, la platine d’appui de chaque poteau doit être mise en place sur un espace protégé et en hauteur. Les joints doivent également être distants des installations métalliques afin d’éviter une éventuelle humidité. L’utilisation comme drainage n’a alors plus lieu d’être, permettant de conserver les qualités de la structure.

Ces dégâts représentent en revanche un sinistre conséquent. En effet, aucun mode de réparation ne peut être envisagé, imposant la destruction et une nouvelle réalisation suivant des modes constructifs adaptés.


Thèmes : Pathologie des bâtiments

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin

Modèles de CCTP Travaux neufs - Gros œuvre, clos et couvert

Modèles de CCTP Travaux neufs - Gros œuvre, clos et couvert
Rédigés par une équipe de spécialistes, les modèles de CCTP pré-établis avec bibliothèque de descriptifs vous permettent de disposer d’un outil simple et ergonomique pour rédiger et contrôler rapidement vos CCTP.

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.