30 mai 2012

Performance énergétique du tertiaire : l’affaire des grandes entreprises

Actualités Développement durable
Performance énergétique du tertiaire : l’affaire des grandes entreprises

L’enquête menée par le Crédoc, en partenariat avec EDF R&D, concernant la maîtrise des consommations énergétiques dans le domaine tertiaire ne manque pas d’intérêt. Ainsi, il apparaît que la prise en compte des performances énergétiques concerne principalement les grandes entreprises. D’autre part, les salariés restent trop peu souvent intéressés aux systèmes mis en place.


La prise en compte de la performance énergétique dans le tertiaire

La performance énergétique des bâtiments fait souvent parler d’elle. S’il en est souvent question dans les habitats, notamment avec les dernières réglementations thermiques et les normes de type HQE ou BBC, ce domaine concerne aussi, tout autant, les entreprises du secteur tertiaire.

Une récente enquête menée par le Crédoc et EDF R&D s’y est d’ailleurs intéressée. Celle-ci s’est déroulée fin 2009 auprès de 200 établissements, à l’exception de ceux accueillant du public (commerces, écoles, etc.). Le premier enseignement qui en ressort concerne les sites de prise en compte des données de développement durable. En effet, il apparaît que les grosses structures de plus de 100 salariés sont plus sensibilisées à la mise en œuvre de la réduction des dépenses énergétiques que celles de moins de 50 salariés. Ainsi, ces dernières ne sont que 32 % à déclarer avoir des projets en matière d’économie d’énergie, tandis que 65 % des grands établissements ont prévu d’investir dans ces domaines.

Outre la mise en place fréquente d’un service dédié à la gestion de ces économies dans les grandes entreprises, il s’agit bien souvent, pour celles-ci, d’une question tant économique que d’image. Cela s’accompagne bien souvent de l’automatisation des systèmes, parfois au détriment du confort des salariés.

La mise en œuvre de la performance énergétique avec les salariés

Les lumières qui s’éteignent à heures fixes, des fenêtres qui ne peuvent être ouvertes ou une climatisation autorégulée sont autant d’éléments appartenant aux dispositifs de gestion automatisée de l’énergie. Ces équipements se retrouvent également dans 7 % des entreprises de petites ou moyennes tailles, se caractérisant cette fois par une réelle politique de développement durable, en lien avec le Grenelle de l’environnement.

Reste que, comme le montre l’enquête, ces gestes ne sont pas forcément bien perçus par les salariés avec, à certains moments, une mauvaise adaptation à l’outil de travail. C’est le cas de luminaires s’éteignant à des horaires trop justes ou d’une climatisation dont la température préréglée ne peut convenir à tous.

Pour obtenir une bonne performance énergétique, l’enquête du Crédoc montre alors la nécessité de mener l’opération en tenant compte des attentes des salariés. Cette simple démarche permet alors une meilleure compréhension et une prise en considération de certains besoins et habitudes de travail, dès la conception du projet de développement durable. Cela a notamment l’avantage de faciliter sa mise en œuvre.


Thèmes : Développement durable

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.