19 décembre 2018

La maison passive s’installe parmi les dernières tendances

Actualités Solutions techniques
La maison passive s’installe parmi les dernières tendances

Les économies sont plus que jamais au rendez-vous dans le secteur immobilier. Les constructions s’appliquent à diminuer leurs consommations afin d’être moins énergivores. Elles utilisent pour cela différentes méthodes constructives, à commencer par le béton cellulaire.


Une nouvelle conception de l’habitat

Vivre bien dans son habitat signifie aujourd’hui y vivre confortablement. Cela se traduit par deux tendances : des logements sans déperditions thermiques et plus économiques. Pour y parvenir, le secteur de la construction a changé ses méthodes pour s’adapter à ces nouvelles attentes. Un mode de réalisation est notamment de plus en plus prisé, celui de la maison passive.

Cette solution implique de nouveaux procédés avec plusieurs objectifs : allier le confort thermique au respect de l’environnement, tout en affichant un coût de fonctionnement réduit. Cette façon d’envisager l’habitat est la base de la future RT 2020, dans une volonté d’accompagner la transition énergétique. Pour y parvenir, les outils ont évolué et les architectures ont été revues. Les orientations sont ainsi réfléchies pour améliorer le bien-être intérieur.

Un matériau performant : le béton cellulaire

Cette nouvelle façon d’envisager les constructions commence par l’emploi de différents matériaux. Le bois est fortement prisé, mais pas seulement. D’autres solutions font aussi leur preuve au quotidien. C’est le cas du béton cellulaire. Encore peu présent sur les chantiers, il présente pourtant de nombreux atouts. Le premier est son coût, à peine supérieur à celui d’une construction traditionnelle. Depuis ces dernières années, ce produit a su montrer son efficacité avec une résistance à la compression élevée qui lui permet d’être utilisé pour les murs porteurs.

Il offre également une isolation intéressante, sans ajout de matériau d’isolation complémentaire. Les blocs sont 100 % étanches à l’air pour un meilleur bien-être. Autant dire que le béton cellulaire ne demande qu’à se développer. Il est d’ailleurs de plus en plus employé, y compris pour la réalisation de petits collectifs.

L’isolation en élément de base

Ainsi, le béton cellulaire dévoile ses capacités. Pour des questions esthétiques, il peut aussi faire l’objet d’un recouvrement de ses façades. Pour d’autres matériaux, l’isolation reste indispensable. C’est le cas des réalisations en bois qui imposent généralement une isolation par l’extérieur. Cette solution est très prisée, ayant depuis quelques années largement montré ses performances. Le revêtement est perspirant, donnant un bon équilibre à l’ensemble de l’habitat, tout en éliminant les déperditions d’air. La mise en place d’une isolation intérieure est également employée pour les logements en briques. Cela a d’ailleurs permis à ce matériau de conserver une place de choix parmi les méthodes constructives.

Ainsi, la maison passive tend aujourd’hui à devenir la norme. Son développement passe davantage par une modification des procédés que par la réforme totale des matériaux utilisés. Une évolution intéressante qui préfigure les nouvelles avancées.


Thèmes : Solutions techniques

Mots-clefs : , ,
Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin

Modèles de CCTP Travaux neufs - Gros œuvre, clos et couvert

Modèles de CCTP Travaux neufs - Gros œuvre, clos et couvert
Rédigés par une équipe de spécialistes, les modèles de CCTP pré-établis avec bibliothèque de descriptifs vous permettent de disposer d’un outil simple et ergonomique pour rédiger et contrôler rapidement vos CCTP.

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.