6 avril 2012

Lutter contre le salpêtre, phénomène fréquent sur les murs d’habitation

Actualités Pathologie des bâtiments
Lutter contre le salpêtre, phénomène fréquent sur les murs d’habitation

Le salpêtre apparaît fréquemment sur les murs d’habitation humides, trouvant souvent leur origine dans les remontées capillaires. Pour lutter contre, plusieurs traitements sont aujourd’hui disponibles, notamment des peintures à appliquer en extérieur comme en intérieur.


Les origines du salpêtre

Même s’il est souvent pensé que le salpêtre est réservé aux murs humides des caves, il est également assez fréquent de le voir se diffuser sur les murs d’habitation. Cela se traduit par l’apparition d’un dépôt blanchâtre composé de sels minéraux. L’eau contenant des bactéries, celles-ci se transforment en salpêtre au contact de l’air. Se nourrissant du nitrate contenu dans l’eau et le sol, et du carbonate de calcium présent dans les murs, sa propagation est alors importante et constante, profitant des remontées capillaires.

La formation de salpêtre implique notamment la combinaison de plusieurs éléments qui sont la présence d’un sol humide, un mur en contact avec le sol dans sa partie inférieure et à l’air libre sur sa partie supérieure, la porosité de ce dernier et la présence de bactéries et de nitrate dans le sol ou sur le mur.

Le traitement à mettre en place peut alors être de nature différente suivant le bien à traiter.

Les différents traitements contre le salpêtre

La première étape pour lutter efficacement contre le salpêtre est de réduire les infiltrations par capillarité. Pour cela, il peut être procédé à un drainage. Celui-ci correspond à la mise en place d’un tuyau poreux venant récupérer les eaux d’infiltration. Il peut également être utilisé des procédés par électro-osmose ou l’électrophorèse. Tandis que la première inverse la polarité du mur, la seconde s’emploie à obturer les pores, évitant la remontée des sels minéraux.

L’autre solution est la mise en place de barrières étanches. Celles-ci se traduisent par l’injection de produits polymérisants ou par un film étanche.

Enfin, les peintures sont également de plus en plus utilisées, tant en intérieur qu’en extérieur, permettant, là encore, de bloquer les remontées d’eau des sols.


Thèmes : Pathologie des bâtiments

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin


Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.