19 octobre 2012

Les principes d’application des peintures sur les menuiseries extérieures

Actualités Pathologie des bâtiments
Les principes d’application des peintures sur les menuiseries extérieures

Les menuiseries bois nécessitent l’application d’une protection pour garantir leur résistance aux intempéries. La mise en œuvre d’une peinture doit cependant s’accompagner de certaines précautions pour éviter des désagréments classiques, tels que le cloquage, et assurer une bonne protection contre les intempéries.


Les défauts de protection des bois

Chaque nature ou état du bois doit donner lieu à un entretien spécifique pour conserver ses qualités et sa durabilité. Les moyens de protection des menuiseries bois situées à l’extérieur sont en nombre réduit, principalement centrés autour des solutions de lasure et de peinture. Cependant, suivant les conditions de mise en œuvre, celles-ci peuvent être à l’origine de sinistres se caractérisant par le cloquage du film protecteur. Il faut alors recommencer les travaux pour conserver au support sa longévité.

Ce défaut de la peinture sur support bois, qui peut également alterner avec le phénomène d’écaillage, trouve plusieurs origines, désormais parfaitement identifiées. La première d’entre elles concerne un problème d’humidité du bois. Ce dernier est considéré comme saturé lorsqu’il présente un taux d’humidité de 30 %. Les conséquences en sont alors le pourrissement ou, dans sa forme moins avancée, sa déformation avec l’apparition de fentes ou son vrillage.

La peinture, quant à elle, se met alors à cloquer ou écailler sous l’effet de la vapeur d’eau.

Une mauvaise préparation des supports

L’autre cause de sinistre fréquente des menuiseries extérieures bois est due à une mauvaise préparation des supports. Ceux-ci doivent notamment être poncés avec attention pour permettre d’y déposer un nouveau film protecteur. Pour les bois exotiques, cette opération se traduit en un dégraissage du support. La non-réalisation de cette étape a alors les mêmes conséquences que précédemment, entraînant un cloquage de la peinture.

Un autre phénomène est également à prendre en compte, celui du choix de la teinte. En effet, si tous les coloris sont aujourd’hui permis ou même rendus obligatoires, notamment dans les règlements de lotissements, les couleurs sombres possèdent un coefficient d’absorption solaire important, ayant pour effet d’augmenter la température de la surface. Cela entraîne la formation de vapeur dans le bois. La conséquence en est, là encore, l’apparition de cloques.

Pour une bonne mise en œuvre de la peinture sur les menuiseries extérieures

Outre le fait de privilégier l’application d’une teinte claire, certaines autres précautions sont à prendre. Notamment, l’application de la peinture doit se faire sur support sec, idéalement lorsque le taux d’humidité du bois est inférieur à 18 %.

Pour les supports neufs, il est conseillé l’application d’une peinture microporeuse, tandis que les produits à base de résine acrylique seront à privilégier pour les opérations d’entretien, avec conservation de l’ancienne base.

Enfin, il est vivement recommandé de respecter le DTU pour l’application de la peinture. Le non-respect du nombre de couches préconisé ou une dilution excessive auront en effet les mêmes conséquences.


Thèmes : Pathologie des bâtiments

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin

Modèles de CCTP Travaux neufs - Gros œuvre, clos et couvert

Modèles de CCTP Travaux neufs - Gros œuvre, clos et couvert
Rédigés par une équipe de spécialistes, les modèles de CCTP pré-établis avec bibliothèque de descriptifs vous permettent de disposer d’un outil simple et ergonomique pour rédiger et contrôler rapidement vos CCTP.

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.