12 juillet 2012

Les plaques de fibres-ciment soumises à différents défauts et sinistres

Actualités Pathologie des bâtiments Solutions techniques
Les plaques de fibres-ciment soumises à différents défauts et sinistres

Les plaques de fibres-ciment ont remplacé celles en amiante-ciment, interdites depuis 1997. Moins résistantes, les sinistres en sont plus fréquents avec des origines diverses, que ce soit dans la conception ou lors de la pose.


Les produits de remplacement des plaques amiante-ciment moins résistants

Difficile de remplacer un produit d’une technologie maîtrisée depuis de très nombreuses années sans conséquence sur les risques de sinistres. Les plaques d’amiante-ciment, interdites depuis 1997, ont ainsi laissé place à de nouvelles techniques pour la réalisation de tôles ondulées, habituellement utilisées pour la couverture des bâtiments tertiaires. Tout aussi performantes, celles-ci connaissent cependant un niveau plus élevé de sinistralité. Ainsi, selon une enquête de l’AQC, les toitures ondulées en plaques de fibres-ciment enregistraient 46 % de sinistres en 2005.

Ces nouveaux équipements sont issus de deux solutions de fabrication :

  • Le PVA fibre de synthèse, correspondant à 95 % des produits ;
  • La cellulose compatible avec le milieu alcalin, répondant à 5 % des installations en France.

Des pathologies diverses, liées au choix des plaques ondulées

La première pathologie liée à ces tôles ondulées de nouvelle génération concerne l’apparition de fissures longitudinales. Celles-ci sont principalement dues à un serrage trop important des fixations lors de la mise en place. À noter que ces dommages sont constatés en priorité sur les plaques grandes ondes, employées dans les régions à faible hygrométrie. À l’inverse, les plaques utilisées en support de tuiles connaissent moins de sinistres, du moins en apparence, les défauts étant recouverts par les tuiles.

Des moisissures peuvent également apparaître, plus fréquemment sur les tôles à base de cellulose. Les traces se concentrent notamment au niveau des extrémités, où l’eau a tendance à stagner. À terme, il peut alors se produire une rupture de la plaque avec sa chute, dangereuse en cas de personnes en dessous, ou l’apparition de fissures, signes de sa fragilisation.

Aucun remède ne peut être apporté à ce type de sinistre, mis à part le remplacement des plaques.


Thèmes : Pathologie des bâtiments | Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin


Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.