30 avril 2012

Les murs de soutènement bois pour protéger la montagne

Actualités Développement durable Solutions techniques
Les murs de soutènement bois pour protéger la montagne

Outre sa spécialité en réhabilitation de sites naturels, l’entreprise rhodanienne Dynamique Environnement développe une technique spécifique s’appuyant sur des savoir-faire séculaires en matière de murs de soutènement bois, en alternative à l’enrochement.


Un engouement croissant pour les murs de soutènement bois

Durant des siècles, dans les zones de montagne de l’arc alpin, le bois était utilisé pour maintenir les terres et roches des reliefs. Utiliser cette technique séculaire est de nouveau d’actualité avec juste ce qu’il faut de technologie et beaucoup de savoir-faire.

Préconisée par les professionnels de l’aménagement du territoire, l’utilisation du mur de soutènement bois dans la réhabilitation de terrains de montagne se montre en phase avec l’intégration paysagère des matériaux. Inscrite dans une réelle dynamique de développement durable, cette technique est de plus en plus employée par les collectivités locales et les bureaux d’études, notamment.

Une alternative viable et durable aux enrochements

Pionnière et leader mondiale en la matière depuis plus de 10 ans, l’entreprise rhodanienne Dynamique Environnement n’a de cesse de perfectionner cette technique en vue de s’adapter à différents contextes. Pour exemple, les murs bois en kit brevetés ne sont que la déclinaison du très gros œuvre. « La demande est croissante notamment auprès des particuliers qui assistent à la détérioration de l’environnement » explique Vincent Niel, ingénieur au sein de l’entreprise.

L’utilisation de ce procédé ancestral se veut environnementale à plus d’un titre : Le bois utilisé est du mélèze PEFC d’altitude en accord avec l’ONF. En plus d’être imputrescible, cette essence atteint un niveau élevé de résistance à la compression et à la flexion. Toutes les dimensions pour ce type d’ouvrage sont réalisées selon les contraintes de terrain ou de surcharge. La terre et les pierres décaissées n’ont pas à être évacuées ; elles sont réintroduites sur le site. Sur les zones inaccessibles, inutile de créer des chemins d’accès comme il est d’usage : les rondins de bois façonnés sur mesure sont héliportés.

Contrairement aux aménagements de type béton ou d’enrochement, les structures bois acceptent une certaine déformation et s’adaptent aux mouvements de terrain. Ces structures restent drainantes, garantissant leur stabilité sur le long terme.

Une petite entreprise qui monte qui monte

L’entreprise rhodanienne Dynamique Environnement, de plus en plus sollicitée, connaît une croissance importante. En 10 ans, elle est passée de 3 à 30 salariés. Historiquement, la société intervenait essentiellement dans l’aménagement des espaces verts.

Aujourd’hui le développement de cette technique de mur bois représente 90 % de son activité. Elle intervient sur les routes de montagne, les réserves collinaires des stations de sports d’hiver, les glissements de terrain, les zones d’avalanches, les torrents de montagne… Elle travaille en collaboration avec la RTM.

Plébiscitée par les professionnels pour l’aménagement du territoire, l’utilisation de murs de soutènement dans la réhabilitation de terrains en tout genre représente une alternative croissante aux enrochements. Les coûts se montrent souvent égaux, voire inférieurs aux enrochements, sans impacter l’environnement. Afin de conforter son savoir-faire, l’entreprise s’engage dans la recherche et l’innovation, notamment en matière de réhabilitation et végétalisation, avec pour objectif fondamental de veiller sur l’environnement comme sur le patrimoine paysager.

Johana Trossat


Thèmes : Développement durable | Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.