14 mai 2012

Les défauts fréquents des peintures sur les revêtements anciens

Actualités Pathologie des bâtiments
Les défauts fréquents des peintures sur les revêtements anciens

Comme le papier-peint, la tenue de la peinture sur les murs n’est pas éternelle. Au fil du temps, elle peut en effet s’écailler ou se fissurer. Cela impose alors une réfection des murs à réaliser avec attention, au risque de voir réapparaître les défauts une fois la rénovation achevée.


L’écaillage de la peinture

On a tous un jour observé le phénomène : au fil du temps, la peinture déposée sur les murs commence à s’écailler. Cela sonne l’heure des travaux de rénovation pour retrouver un intérieur agréable à vivre. Reste que faute d’attention portée à la réfection des murs, ce même phénomène peut également apparaître une fois les travaux achevés, touchant la surface d’enduit.

Cet écaillage de la peinture trouve son origine dans différentes explications. Cela peut être par une perte de résistance du support ancien, mise en avant par l’application de la nouvelle peinture. Celle-ci exerce alors une tension importante à laquelle l’ancien support ne résiste pas. Une autre cause peut être l’emploi d’une peinture de moindre qualité, ayant une adhérence réduite.

Enfin, la mauvaise préparation des murs avant application du support en est une autre origine fréquente, impliquant alors de tout reprendre pour une mise en place durable de la peinture choisie.

Remédier aux problèmes de fissuration de la peinture

Afin de trouver une solution durable concernant les problèmes de fissuration de la peinture, il convient d’éliminer toutes les zones friables en ponçant la surface et en détachant toutes les zones écaillées à l’aide d’un grattoir. Il peut alors, par la suite, être utile de procéder au rebouchage des défauts du mur qui pourraient apparaître afin de lui redonner sa surface lisse et plane.

La dernière étape consiste en l’application d’une nouvelle couche de peinture, à choisir parmi des produits de qualité et parfaitement adaptés au support, que ce soit sur plâtre, sur bois ou d’anciens supports et revêtements. Pour connaître les préconisations en la matière, il est conseillé de consulter la norme NF P 74-201-1 concernant la peinture et les travaux de bâtiment.


Thèmes : Pathologie des bâtiments

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin


Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.