15 septembre 2007

Le renforcement de l’isolation thermique reste la priorité

Actualités Développement durable Pathologie des bâtiments

Pour optimiser l’efficacité énergétique des constructions anciennes, les travaux consistent en premier lieu à réduire les déperditions thermiques de l’enveloppe en renforçant l’isolation des parois opaques et vitrées. L’isolation des toitures permet à elle seule de réduire de 30 % les pertes de chauffage.


Faisant l’objet d’un intérêt croissant, l’isolation par l’extérieur conduit pour sa part à augmenter l’inertie thermique des façades et à traiter les ponts thermiques au droit des nez de planchers et des refends, de nombreuses solutions de bardage, d’enduit sur isolant, ou de vêture donnant lieu à des traitements architecturaux variés. En phase de développement, les matériaux à changements de phase offrent de leur côté des perspectives intéressantes pour la rénovation des bâtiments à structure légère. Le remplacement des anciennes fenêtres par des menuiseries à double vitrage peu émissives ou à isolation renforcée permet par ailleurs de réduire de 10 à 30 % environ les déperditions. Des performances qui peuvent être encore améliorées par le recours à des vitrages à gaz rare (lame d’argon ou de krypton), à des triples vitrages, ou encore par l’utilisation de protections solaires et de fermetures (volets, persiennes, stores, brise-soleil…).

Les énergies renouvelables pour des économies nouvelles

Les interventions sur l’existant visent en deuxième lieu l’amélioration des performances des installations techniques. Il s’agit selon les cas de substituer des appareils modernes (chaudières à condensation ou à haut rendement, pompe à chaleur, mini-cogénération, ventilation à double flux, centrale de traitement d’air, puits canadien…) aux équipements les plus âgés, de mettre en place des outils de régulation centralisée des températures voire de gestion technique, des systèmes de récupération de chaleur pour le préchauffage de l’eau chaude sanitaire ou de l’air entrant d’un circuit de ventilation… Des économies importantes peuvent également être obtenues par le recours aux énergies renouvelables pour la production d’ECS (chauffe-eau solaire individuel ou collectif), le chauffage (système solaire combiné associant plancher solaire et ballon d’eau chaude, chaudière bois, pompe à chaleur géothermique) ou l’électricité (solaire photovoltaïque, éolien).


Thèmes : Développement durable | Pathologie des bâtiments

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin


Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.