6 décembre 2010

Isolation phonique d’une maison de retraite : la nécessité d’une approche globale

Actualités Solutions techniques
Construction isolation-phonique

Pour que les usagers d’un EHPA ou d’un EHPAD puissent vivre dans une ambiance confortable, la fonction acoustique s’avère aussi importante que la fonction stabilité ou la fonction thermique.


Au-delà de l’architecte qui détermine l’implantation et l’orientation en fonction des sources de bruits repérées, la conception d’une maison de retraite implique également l’intervention de nombreux acteurs, de l’aménageur à l’ingénieur «structure », de l’architecte d’intérieur au thermicien et parmi ceux-ci bien évidemment l’acousticien.

C’est en effet l’acousticien qui devra faire en sorte que :

  • l’ambiance acoustique à l’intérieur des locaux soit agréable c’est à dire que le niveau sonore dans la résidence soit réduit et adapté à l’usage : c’est la fonction « correction » de l’acoustique » ;
  • l’ambiance intérieure soit efficacement protégée des nuisances sonores provenant des équipements internes et de l’extérieur : c’est la fonction « isolation » de l’acoustique ».

Cette performance acoustique ne peut être atteinte que par une approche globale du bâtiment :

  • une implantation et une orientation conformes aux exigences spécifiques d’une maison de retraite qui constituent, même si les contraintes foncières sont souvent trop prégnantes, le meilleur moyen d’assurer une première protection du bâtiment contre les nuisances extérieures ;
  • une conception architecturale, par une organisation spatiale appropriée du bâtiment, offre le confort acoustique qui s’impose à ce type d’établissement, en jouant sur la distribution des pièces intérieures, en particulier celle des pièces sensibles ;
  • enfin, même si seule une bonne conception architecturale initiale évite d’avoir recours à posteriori à des solutions sophistiquées et coûteuses, l’acousticien doit être capable de mettre en œuvre des éléments techniques susceptibles de combler le manque de protection et/ou de renforcer l’isolation phonique acoustique :
  • des façades, c’est-à-dire des murs extérieurs et de la toiture,
  • des ouvertures, baies vitrées (menuiseries et vitrages) et bouches d’entrées d’air,
  • des planchers intermédiaires et des cloisons, intérieures,
  • et des équipements.

Attention :

Lors du choix des matériaux et des solutions techniques, l’acousticien doit tenir compte des interactions entre tous les composants du bâtiment. En effet, même lorsqu’elles relèvent d’une parfaite conception, accompagnée d’une mise en œuvre conforme, l’isolation thermique peut parfaitement dégrader l’isolation acoustique ou l’inverse. Les différents éléments qui composent une façade lui permettent d’assurer plusieurs fonctions dont l’isolation acoustique et l’isolation thermique. Pour cette dernière fonction, il arrive qu’avec des isolants, dans certaines épaisseurs, on constate une dégradation de la performance acoustique.

Il existe d’autres types d’interactions :

  • les fondations peuvent transmettre au bâtiment les vibrations provoquées par des moyens de transport (train ou métro) ,
  • les équipements sont très souvent des sources de nuisances importantes dans les bâtiments (ascenseur, chaufferie).

Thèmes : Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.