1 juin 2011

Henry Jacques Le Même, éponyme du chalet du skieur

Actualités Aménagements urbains
Henry Jacques Le Même, éponyme du chalet du skieur

Nantais d’origine, Henry Jacques Le Même, architecte de renom, est arrivé à Megève (74) au début des années 1920 afin de réaliser le chalet de la Baronne Noémie de Rothschild. Sa démarche novatrice d’habitat montagnard va définitivement impacter les territoires de montagnes.


La commune de Megève, où a vécu l’éponyme du chalet pendant près de 80 ans, vient d’élaborer un inventaire de ses réalisations (280 logements) et votée cet automne l’obligation de fournir un permis de démolir afin de préserver ce patrimoine architectural inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Avec le chalet du skieur, Henry Jacques Le Même crée un nouveau concept d’habitat montagnard. Dans une architecture qui renforce le caractère des lieux, il s’efforce de répondre aux désirs des citadins qui ne souhaitent pas résider, lors de leur séjour à Megève, dans une habitation de type rural. Le chalet du skieur conjugue vie citadine, raffinement et rusticité montagnarde. Assez haut, il montre peu d’emprise au sol, dispose d’un sous-sol où l’on peut entreposer et farter les skis. Les pièces à vivre de plain pied, sont largement ouvertes sur l’extérieur et donnent sur un balcon ensoleillé. Les chambres sont à l’étage, sous les toits, et souvent de taille modeste. Cette construction compacte, spacieuse et confortable dispose généralement d’une toiture à forte pente isolée et ventilée ainsi que d’une cheminée de pierres.

Entre juillet 1927, date de livraison de son premier chalet à la Baronne Noémie de Rothschild et 1938, Le Même a édifié près de deux cents chalets au Pays du Mont Blanc (74). Soucieux d’une cohérence architecturale et fort de son apprentissage chez Ruhlmann, Le Même exerce son esprit nouveau en concevant toute l’architecture intérieure et la décoration de chalets tous différents qui se reconnaissent et mais ne se ressemblent pas.

Henry Jacques Le Même : précurseur de l’habitat montagnard

Commandeur des Sciences des Arts et des Lettres

Avec la conception du chalet de la Baronne, H.J. Le Même parvient à montrer des extérieurs qui s’apparentent aux fermes locales mais des intérieurs répondant davantage à la distribution d’un hôtel particulier. Sa longue carrière le conduira à réaliser toutes sortes de bâtiments, outre de nombreux chalets, il collabore avec l’architecte Pol Abraham et réalise la plupart des sanatoriums du Plateau d’Assy (74). Parallèlement il érige au Quai d’Orsay à Paris le Palais du Bois pour l’exposition de 1937 où il obtient le grand prix. Cet ouvrage réalisé en sapin reposant sur des piliers en bord de Seine sera bombardé par les Allemands.

A son actif, on dénombre également la réalisation de 15 lycées dont Briançon, Annecy, Chambéry, Evian et autres groupes scolaires dont la maternelle de Megève. Après guerre H.J Le Même est nommé architecte en chef de la construction en Savoie, en 1951 architecte des bâtiments civils et palais nationaux…

En 1995, il reçoit la distinction honorifique de Commandeur des Sciences des Arts et des Lettres : « Je crois pouvoir avouer en toute honnêteté que je le mérite bien. Depuis quatre ans, on ne cesse de m’encenser, de me redécouvrir et on admire ce que j’ai réalisé il y a soixante ans. J’ai fait un travail consciencieux et constamment varié… ».

Sa demeure symbolise l’art contemporain des années 1925-1930

En 1929, l’architecte des montagnes, très influencé par Le Corbusier construit un bâtiment cubique ocre-rouge qui détonne dans ce décor montagnard, mais figure comme un symbole de l’art contemporain des années 1925-1930. Une spécificité qui lui a valu d’être inscrite à l’inventaire des monuments historiques. Le toit terrasse en « cuvette », n’est pas le seul trait d’architecture moderne utilisé par H.J Le Même. Volumétrie épurée largement ouverte sur l’extérieur, fenêtres en bande, absence de soubassement et de couronnement, finesse des gardes corps, enduit traité en gros crépi de couleur ocre rouge caractérisent l’extérieur. A l’intérieur tout a été pensé dans un « esprit nouveau » : céramiques, tapisseries, mobilier, matériaux ont été traité avec raffinement. Une ambiance à la Ruhlmann, merveilleux décorateur, l’homme des meubles raffinés chez qui Le Même a passé deux ans dans son agence parisienne. « Le style Le Corbusier pour ma maison, parce que quand je suis arrivé à Megève en 1925 son livre « Vers une Architecture » venait de paraître et je m’en étais gorgé. J’ai beaucoup admiré cet homme. »

De nombreux architectes sont passés par ses bureaux, aujourd’hui une nouvelle génération se plonge dans son travail pour réhabiliter l’existant, le mettre aux normes et au confort actuel.

Johana Trossat

Sources :
– Henry Jacques Le Même 1995
– Henry Jacques Le Même architecte à Megève de Françoise Very et Pierre Saddy (IFA)
– Architecture de Henry Jacques Le Même : Editions Norma Institut Français d’Architecture.


Thèmes : Aménagements urbains

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.