11 mars 2011

Et si vous pensiez à la chaux aérienne pour vos constructions ?

Actualités Développement durable Solutions techniques
Et si vous pensiez à la chaux aérienne pour vos constructions ?

Encore peu usitée par les professionnels de la construction, la chaux aérienne est cependant un matériau idéal pour les finitions des bâtiments. Bon isolant, bon enduit, ce matériau facile à préparer est l’élément idéal pour une construction ou une rénovation.


La chaux aérienne, un matériau plein d’avantages

La chaux aérienne, utilisée comme enduit de finition, possède de très bonnes capacités isolantes, autant au niveau thermique qu’au niveau phonique. De plus, elle améliore grandement la résistance aux intempéries ou au temps des surfaces traitées.

Matériau de finition économique, la chaux aérienne peut être conservée autant de temps que vous le souhaitez ; il suffit de la protéger de l’humidité et de la laisser à température ambiante. Cela fait d’elle un enduit très bon marché.

De plus, la chaux aérienne peut être appliquée autant à l’intérieur qu’à l’extérieur, par une couche de quinze à cinquante millimètres d’épaisseur.

La composition de la chaux aérienne

La chaux aérienne, de son vrai nom portlandite, fait partie de l’hydroxyde de calcium, Ca(OH)2. Cet enduit de finition est composé de particules végétales structurées, qui lui donnent ses capacités isolantes et fait de lui un matériau sans grand impact sur l’environnement, contrairement à d’autres isolants de sa catégorie.

La chaux aérienne est fabriquée en deux étapes, la cuisson à 900 °C puis le refroidissement de cette chaux vive, afin d’obtenir le produit désiré. Ainsi, il existe trois types de chaux sur le marché de la construction, la chaux grasse, la chaux éteinte, et la chaux hydratée.


Thèmes : Développement durable | Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.