22 mars 2011

Eaux grises : source d’énergie renouvelable

Actualités Développement durable Solutions techniques
Eaux grises : source d’énergie renouvelable

Des systèmes de récupération de chaleur sur les eaux grises se développent : Pass’Innovation du CSTB, programme d’actions concertées en technologies de l’énergie sur l’ECS de l’ADEME, titre délivré à un récupérateur de chaleur (Power Pipe) fin 2010. Ils autorisent la prise en compte des économies d’énergie dans le calcul de la RT 2005.


Calories des eaux grises

Les eaux grises sont des eaux usées peu chargées en polluants, issues des salles d’eau, cuisines, machines à laver, etc. ou de process industriels. Récupérer leur chaleur résiduelle, entre 10 et 20 °C, pour préchauffer l’ECS, permet de réduire de 30 à 50 % la consommation d’énergie liée à sa production. Cette démarche est particulièrement intéressante dans les ensembles résidentiels, hôteliers, hospitaliers, aquatiques…

Principe de fonctionnement

L’énergie calorifique contenue dans les eaux grises est extraite via un échangeur et transférée à un ballon de stockage, lui-même relié à une PAC qui monte l’eau en température. En amont, un filtre, au nettoyage automatique, retient les éléments indésirables (cheveux, corps gras, etc.) ; en aval, l’eau grise refroidie s’écoule dans le réseau d’évacuation.

Échangeurs sur réseaux urbains

Certains récupérateurs (comme le système Degrés bleus de la Lyonnaise des eaux) sont conçus pour être placés sous la voie publique au niveau du tout-à-l’égout. Nécessitant un débit élevé de15 l/seconde, ils doivent être installés dans un milieu très productif en eaux grises. Des échangeurs sont intégrés aux canalisations d’évacuation et la chaleur transférée aux bâtiments via une pompe à chaleur. Réversible, le système peut rafraîchir en été lorsque la température des eaux usées est inférieure à celle intérieure des bâtiments.

Systèmes intégrés aux bâtiments

D’autres systèmes (comme l’ERS de Biofluides) s’installent au sein même des bâtiments dans le prolongement des canalisations d’évacuation des eaux grises. Ils comprennent un échangeur inox à forte inertie et une PAC à puissance variable. 16 kWh peuvent être récupérés sur 1.000 litres d’eau grise ; l’investissement est rentabilisé entre 2 et 10 ans. Quant au Power Pipe, l’eau froide circule dans un serpentin de tubes en cuivre entourant une conduite de drainage installée à la verticale.

Pascale Maes


Thèmes : Développement durable | Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.