16 décembre 2010

Désordre des volets en bois

Actualités Pathologie des bâtiments
visuel-pathologie-volet-bois-caroussel

Le principal défaut des volets en bois (volets à barres et écharpe) concerne la fermeture des volets, qui devient difficile voire impossible dans certains cas. Quel remède y apporter ?


La cause de ce défaut est imputable en premier lieu à la nature du bois qui est très sensible à l’humidité et en particulier à l’humidité atmosphérique directe (pluie) ou indirecte (hygrométrie de l’air). Le défaut de fermeture concerne à la fois les volets simples (ou à simple battant) et les volets doubles (à 2 battants).

Le défaut ne se constate qu’une fois le (ou les) battants posés.

Prenons le cas, pendant la saison humide, d’un volet à barres et écharpe en bois qui a gonflé. Cette variation dimensionnelle empêche la fermeture du volet.

La première constatation peut provenir d’un défaut de pose (scellement des gonds trop lâche).

La seconde constatation provient du gonflement des bois.

Diagnostic

  • Le volet est posé pendant l’été, le climat est très sec. L’équilibre hygroscopique du bois est très bas, de l’ordre de 10 %.
  • Le jeu entre les volets est faible lors de la pose, de l’ordre de 3 mm.
  • Pendant la saison humide, le bois a repris de l’humidité. L’équilibre hygroscopique du bois est plus important, de l’ordre de 20 %.
  • Une augmentation de l’humidité du bois provoque un gonflement du bois.
  • Le bois sélectionné est nerveux. Les variations dimensionnelles sont importantes.
  • Ce gonflement engendre une variation dimensionnelle importante, empêchant la fermeture du volet.

Origine du gonflement

Le gonflement du bois a un mécanisme similaire au retrait du bois. Il provient d’une augmentation de l’humidité du bois. Le coefficient appliqué est toujours un coefficient de rétractibilité du bois. C’est une approximation. L’assiette du coefficient devrait être la dimension à H = 0 %. Le coefficient de rétractibilité a comme référence une dimension à H = 30 %. Cette imprécision est acceptable car, pour une même essence, le retrait du bois peut varier en fonction de la provenance des conditions de croissance, de l’âge de l’arbre, de la position de la pièce dans la grume (bois juvénile), etc.

Estimation du gonflement des volets

Une paire de volets à barres et écharpe, composés de lames massives en sapin, est posée pendant l’été.

Le bois a une humidité de 10 % (humidité de l’air 55 % et température de l’air 20 °C). Pendant l’hiver, le bois a une humidité de 20 % (humidité moyenne de l’air 88 % et température moyenne de l’air 3 °C).

Les variations dimensionnelles seront :

  • gonflement dans la hauteur : négligeable ;
  • gonflement dans la largeur.

Les cernes d’accroissement seront soit parallèles, soit perpendiculaires aux faces, soit dans une position intermédiaire. Le coefficient de rétractibilité étant dépendant de la position des cernes, la valeur retenue sera la moyenne des deux coefficients.

Moyenne des coefficients tangentiel et radial = (0,0026 + 0,0013) / 2 = 0,002

Gonflement = coefficient × (humidité initiale – humidité finale) × dimension.

Gonflement = 0,002 × (20 – 10) × 1 200.

Gonflement = 24 mm.

Solution préventive

  • Ne pas trop serrer les lames de volet si la période de pose est l’été. Disposer des petites cales entre les lames, telles que des allumettes. Chaque lame doit pouvoir absorber une variation dimensionnelle provoquée par les variations climatiques.
  • Respecter un jeu périphérique entre le volet et le mur : il doit être inférieur à 10 mm. À vérifier avec la reprise éventuelle des gonds (le jeu doit néanmoins permettre la variation dimensionnelle du bois).
  • Dans des situations extrêmes, préférer des essences avec une faible variation dimensionnelle.
  • Éviter de laisser le bois brut après la pose des volets. La finition limite les échanges d’humidité entre le bois et l’air.

Solution curative

Raboter la feuillure, la partie supérieure avec un rabot, la partie inférieure avec un guillaume.

Cet outil est un type de rabot étroit dont le fer a la même largeur que le corps de l’outil. Après rectification, maintenir un jeu de 2 à 3 mm. Appliquer un produit de finition sur la surface retouchée.

Codification technique (rappel)

DTU 36.1 (NF P23-201) d’août 2002 – Travaux de bâtiment – Menuiserie en bois.


Thèmes : Pathologie des bâtiments

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Pour aller plus loin


Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.