28 juin 2011

Comment satisfaire nos besoins en eau

Actualités Développement durable Solutions techniques
Comment satisfaire nos besoins en eau

Obligatoires dans les constructions neuves en Belgique, les citernes de récupération d’eau de pluie demeurent encore confidentielles en France. Cette démarche environnementale rencontre pourtant un succès croissant car le prix de l’eau distribuée ne cesse d’augmenter : +38 % entre 1995 et 2005. Une progression similaire est attendue pour la période allant de 2005 à 2015.


Jamais les problèmes d’eau n’auront été aussi récurrents. Il est ceux qui, de longue date, ont conscience de cette problématique et ceux qui regardent le ciel l’âme emplie de vœux pieux pour que tombe la pluie. La première catégorie a opté pour la réalisation de réservoirs afin d’irriguer ou s’est équipée de systèmes de récupération d’eaux pluviales pour satisfaire les besoins domestiques. Ce principe, a priori simple, consiste à récupérer l’eau des toitures via chenaux et gouttières pour rejoindre une cuve de récupération. Cette dernière peut alors être raccordée au réseau intérieur pour alimenter les sanitaires, voire satisfaire le fonctionnement des machines à laver.

Analyser les besoins et les matériaux

Installer un système de récupération d’eau pluviale nécessite une réflexion approfondie quant à l’analyse des besoins, à l’instar de l’examen du type de matériaux et des surfaces de toitures exploitables. La qualité d’eau récupérée dépend des matériaux qui constituent la toiture, les canalisations et le type de citerne. Si les matériaux naturels sont recommandés, tôles, fibrociment contenant de l’amiante, tuiles de goudron, sont à proscrire en raison des risques sanitaires.

De plus, avant de rejoindre la cuve de stockage, l’eau se charge de feuilles et particules lors de son écoulement. Afin de purger ces impuretés, des filtres sont à installer en amont de la citerne.

Dans tous les cas, les cuves doivent être placées à l’abri de la chaleur et de la lumière afin d’éviter un risque de contamination biologique et la formation d’algues. Enfin, notez que la composition de la cuve peut soit améliorer soit détériorer la qualité de l’eau.

Johana Trossat


Thèmes : Développement durable | Solutions techniques

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.