7 août 2012

Bâtiments BBC : suivre les règles de l’art pour éviter les désordres

Actualités Développement durable
Bâtiments BBC : suivre les règles de l’art pour éviter les désordres

Le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » vient de publier les résultats de la 2ème phase de retours d’expériences sur des constructions BBC, enquête menée par l’Agence Qualité Construction (AQC). L’objectif est de peaufiner ces règles de l’art afin de renforcer la compétence des entreprises et des artisans sur les nouvelles techniques, et ainsi éviter l’apparition d’une nouvelle génération de désordres spécifiques à la construction BBC.


Une étude sur 211 opérations BBC

Avec l’application de la RT 2012 et la généralisation des bâtiments à basse consommation, il devient indispensable de fournir aux professionnels de la construction des données sur les risques propres aux bâtiments BBC, afin de les inciter à des pratiques préventives.

La 2ème étape d’enquête, réalisée courant 2011, a porté sur 211 opérations représentatives de l’ensemble des typologies de bâtiments, présentant une étude thermique avec un niveau de constructions basse consommation d’un point de vue réglementaire (tertiaire, collectif, maison individuelle), implantés aussi bien dans les zones rurales qu’urbaines.

Les risques de surchauffes d’été

Si la maîtrise des consommations énergétiques est atteinte en période hivernale grâce à la réduction des déperditions, les températures réglementaires en période chaude sont parfois largement dépassées, en nombre d’heures (TIC) comme en valeur.

Parmi les principales causes, on note l’absence de protections solaires sur de nombreuses surfaces vitrées de grandes dimensions, des usages inadaptés de ces protections par les usagers et une mauvaise prise en compte des apports internes à la conception. La possibilité de réaliser une ventilation naturelle ou traversante est toujours favorable au confort d’été.

Les nuisances acoustiques d’une VMC double-flux

L’installation d’une VMC double flux doit être effectuée avec précaution et l’absence de nuisances sonores à l’usage vérifiée : sifflements aux bouches d’insufflation, vibrations, mauvais réglages des débits d’air, transmissions de sons par les gaines…

Il faut également veiller à ce que le positionnement des bouches d’insufflation et le détalonnage des portes permettent un renouvellement d’air jusqu’au fond des pièces. En outre, les blocs moteurs doivent être positionnés de façon à être aisément accessibles pour faciliter la maintenance et le changement des filtres.

Le risque de perméabilité à l’air

L’étanchéité à l’air des constructions BBC est obligatoirement vérifiée par des mesures. Pour respecter les seuils réglementaires, les constructeurs doivent veiller à l’absence de défauts intrinsèques des produits : fuites d’air au niveau des parcloses, baies coulissantes ou lanterneaux, trappes de visite, coffres de volets roulants et portes séparant des volumes chauffés des volumes non chauffés.

Il faut également veiller à l’absence de défauts de conception et de mise en œuvre : interfaces menuiserie et gros-œuvre, traversées de l’enveloppe (réseaux, fluides ou canalisations), traversées de planchers (conduits d’évacuation des fumées), installation d’un ascenseur (ventilation de la gaine), utilisation massive de mousse de polyuréthane et de silicone (question de leur durabilité soulevée).

En outre, pour une parfaite efficacité, les interventions des différents corps de métiers doivent être coordonnées et contrôlées pour optimiser la continuité de l’étanchéité à l’air de l’enveloppe.

Le risque de moindre performance des équipements

Les masques dus à l’environnement du bâtiment doivent impérativement être pris en compte pour optimiser le positionnement des panneaux solaires et offrir une grande facilité d’accessibilité pour leur entretien. Dès le début du projet, il convient aussi d’étudier la mise en œuvre du ou des appoints accompagnant l’utilisation d’énergies renouvelables, et non a posteriori.

Un surdimensionnement des équipements doit être évité car, utilisés à une puissance inférieure à leur capacité, ceux-ci sont soumis à des court-cycles participant à un encrassement prématuré et à une baisse de rendement ; de même, une surface de panneaux solaires trop importante entraîne un vieillissement prématuré des équipements en raison des surchauffes (dégradation du liquide caloriporteur ou des joints, fuites).

Pascale Maes


Thèmes : Développement durable

Partagez cet article :
Inscription à la newsletter Inscrivez votre adresse e-mail pour recevoir
1 fois par semaine notre newsletter Voir un exemple
Je m'inscris

Configuration requise
Windows

PC de type (Pentium II, 300 Mhz, 600 Mhz recommandé), 64 Mo de Ram (128 Mo recommandé), Windows 98/NT/ME/2000/XP/Vista/Seven, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 4x, affichage 65 536 couleurs minimum.

Mac

PowerMac 533 Mhz (733 Mhz recommandé), 256 Mo de RAM (512 Mo recommandé), Mac OS X 10.2, 36 Mo d’espace disque disponible, lecteur CD-Rom 12x, affichage 65 536 couleurs minimum.